L' Agora

Forum politique de libre expression & historique sans tabou.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Bienvenue sur le forum de L'AGORA, ici, le livre de notre Histoire a toutes ses pages....

(Noël 1941​)

Exemple de quelques pages d'Histoire "occultées" dans nos livres d'Histoire.... JO 1936 à Berlin : (Au dernier moment, toutefois, le comité américain, qui craignait les équipes hollandaise et allemande, revint sur sa décision. J. Owens et R. Metcalfe furent choisis aux dépens des deux athlètes… juifs. (S. Stoller et M. Glickman)(voir photo suivante) Le Bétar en uniforme avec son drapeau à Berlin: "En Histoire, la croûte, c’est le mensonge en lui-même, le pus, c’est l’occultation qui l’accompagne. N’hésitons pas à inciser et à tout purifier …"


Le saviez-vous ? Shocked

" Les Juifs déclarent la guerre aux Allemands en 1933."

"La Judée déclare la guerre à l'Allemagne"
Discours d'Adolf Hitler contre le Nouvel Ordre Mondial.

Le saviez-vous ? Shocked
Qu'est-ce que le fascisme ? scratch - Petite leçon rapide sur le fascisme.
« Quatre années d’Allemagne d’Hitler vues par un étranger » de Cesare Santoro. study

Affiche de propagande NS: (" On y voit une série d'animaux saluer Goëring.En haut à droite: un signe disant " Vivisection interdite" ( vivisection verboten ). (" Les animaux de laboratoires saluant Hermann Göring" )

Ces Nazis Noirs qui soutenaient Hitler. scratch
La liberté d'expression au "pays des Droits de l'Homme", c'est ça.... />
...hélas, d'autres "démocraties" embastillent ses citoyens pour délit d'opinion,voyez cette vidéo >
C'est un proverbe populaire utilisé par Shakespeare: "Henry IV", Première Partie, Acte III, scène 1, page 640 édition La Pléiade, traduction de Victor Hugo: << Dites la vérité, et vous humilierez le diable. >>
Ursula Haverbeck explique pourquoi l'Holocauste est le plus grand et le plus persistant mensonge de l'Histoire.
Ursula Haverbeck, 87 ans, est condamnée à dix mois de prison ferme !
Ursula Haverbeck, surnommée en Allemagne la « mamie nazie », a soutenu lors de son procès que « le camp d’Auschwitz n’a pas été un lieu d’extermination».
L'interview Vérité de Robert Faurisson à Méta Tour.
Démocratie dictatoriale : Wolfgang Fröhlich, en prison depuis 10 ans pour délit d’opinion. scratch
Udo Voigt (NPD): Violations des droits de l'homme en Europe : Dieudonné, Fröhlich, Haverbeck.

"Qui ne gueule pas la vérité, quand il sait la vérité, se fait complice des menteurs et des faussaires"​ (Charles Péguy)

« Débattre avec quelqu'un,c'est prendre le risque de changer d'avis » (Raymond Aron)

"L'Histoire est du vrai qui se déforme,et la légende du faux qui s'incarne" (Jean Cocteau)

DEVOIR DE MEMOIRE = DRESDE, les 13, 14 et 15 FEVRIER 1945.

" Dresde : Crime contre l'humanité,impuni à ce jour...."

"Souvenons-nous: Dresde 13,14,15 février 1945"

(Sur les raids aériens, lire « L’Incendie » de Jörg Friedrich aux éditions de Fallois. 2004 study ).

HELLSTORM - Tempête Infernale:ce film racontel'histoire que les vainqueurs,encore à ce jour, ne veulent pas que vous sachiez...
6 août 1945 : "Barbarie démocratique : Hiroshima " study

« Il y a quelque chose de pire que d'avoir une mauvaise pensée. C'est d'avoir une pensée toute faite. » (Charles Péguy)

"Qui n'entend qu'un son, n'entend qu'une cloche, écoutons les deux sons de cloche..."

Claude Sarraute: "notre shoa ont l'a vendu au monde entier".
Ayatollah Khamenei - "Les temps sombres sont devant nous "...
Un rabbin anti-sioniste : « la shoah a été créée par des sionistes. »

" Le professeur Faurisson a eu ​85 ans ​le 25 janvier​ 2014. Voici la vidéo qu'a composée pour lui un de nos correspondants allemands, que nous félicitons également "

" 1990, 45 ans après Nuremberg,les Sovietiques reconnaissent l'assassinat des officiers polonais dans la forêt de Katyn...."

" Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis...."

L'avis de nos présidents de la république :

Nagasaki et Oradour: où est la vraie barbarie ?
SLU9AQIH6UU
Jean Jaurès : « Le courage, c’est de chercher la Vérité et de la dire ».
Les Derniers Jours du Grand Mensonge... Shocked Aucun Juif gazé - 'I'm With You'... scratch
Un valeureux guerrier pour la Vérité !! cheers

Partagez | 
 

 Le livre de Kurt Rossa, "La peine de mort"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Icare

Kouros
Messages : 745
Date d'inscription : 27/03/2010
Age : 51
Localisation : Thira

MessageSujet: Le livre de Kurt Rossa, "La peine de mort"   Dim 10 Mar - 19:13



Le livre de Kurt Rossa, La peine de mort (Ed.Plon,1968)

Extrait de son livre de la page 103 à la page 106.


La chambre à gaz.


(...) ...,et ont fait surnommer la chambre à gaz "l'aquarium".
La comparaison est frappante lorsque les personnalités officielles et les journalistes,
soixante personnes lors de l'exécution de Caryl Chessman,se pressant autour des vitres.
Au milieu de la chambre de mort,il y a deux sièges massifs,en acier criblé de trous.
Un éclairage intense règne dans la cellule au moment d'une exécution.


Un matin à San Quentin.



Clinton T.Duffy,directeur de la prison de San Quentin (Californie),
nous a laissé cette description:

"Le matin du jour prévu pour l'exécution,le bourreau,qui est responsable de la partie
technique pour les exécutions à la chambre à gaz,reçoit deux livres de cyanure
de potassium délivrées par le Service des Armes et Munitions de la prison.
Muni du produit,il se rend dans une pièce séparée de la chambre à gaz.
Les préparatifs sont exactement les mêmes s'il y a une ou deux exécutions ce jour-là.
Le bourreau pèse soigneusement le cyanure,et remplit deux sacs de gaze qui reçoivent
chacun une livre du produit.
Les sacs sont ensuite fixés au moyen de crochets sous les deux sièges de la chambre à gaz,
en veillant à ce qu'ils restent suffisamment éloignés des récipients logés dans une cavité
du plancher.
Environ dix minutes avant que le condamné soit enfermé dans la chambre à gaz,
on verse environ un litre d'eau distillée dans les récipients qui recevront plus tard
la solution toxique.
Puis on ajoute de l'acide sulfurique à cette eau distillée.
Les récipients demeurent dans la pièce attenante à la chambre à gaz jusqu'au moment
précis où l'exécution doit avoir lieu.
Alors on vérifie soigneusement si la cabine en tôles d'acier est parfaitement étanche,
puis on va chercher le condamné dans sa cellule et on le conduit à la chambre à gaz.
On l'attache solidement sur l'une des chaises.
Un stéthoscope est fixé sur son thorax au moyen de courroies,et relié à un câble
de transmission qui traverse la paroi de la cabine grâce à une soupape étanche.
Les médecins présents peuvent ainsi contrôler les battements du coeur et fixer
l'heure exacte de la mort qui sera inscrite sur le procès-verbal.
"Le condamné est installé.Tous les préparatifs sont terminés.
La grosse porte d'acier a été fermée et verrouillée.
Le bourreau fait basculer un levier.Le système d'aspiration destiné à maintenir
dans la chambre à gaz une pression atmosphérique constante se met en route.
Ce dernier point est extrêmement important.
En effet,tout le déroulement pratique de l'exécution est conditionné
par la quantité d'air aspiré .
Les calculs en vue d'obtenir la plus grande efficacité du gaz reposent sur cette donnée
.
Sur un signe du bourreau,l'un des aides qui se trouvent dans la pièce annexe
ouvre le robinet d'une conduite,et le mélange d'acide sulfurique et d'eau distillée
vient s'écouler dans le récipient placé au-dessous du siège du condamné.
Le robinet est alors refermé.
Pendant ce temps-là,le directeur de la prison continue de suivre le déroulement
des opérations.
Il est placé à la gauche du condamné,à l'extérieur de la paroi.
Un signe de la tête:le bourreau manoeuvre un autre levier.
Les sacs de gaze emplis de cyanure de potassium descendrent vers les récipients
où ils plongent dans la dilution d'acide sulfurique.
La réaction des deux substances dégage le gaz mortel, qui s'élève du sol et se mélange
à l'air respiré par le condamné.
L'ensemble de tout ce qui vient de se passer constitue l'exécution,et ne demande pas
plus de deux minutes.
"Afin que la mort soit la plus rapide et la moins pénible possible,le condamné est avisé
qu'il doit respirer aussi profondément qu'il peut,lorsqu'il voit le directeur faire un signe de tête.
Sans cette profonde inspiration,la perte de conscience n'interviendrait que plus tard,
et le condamné pourrait avoir un accès d'étouffement.
"Après une exécution à la chambre à gaz,l'enlèvement du cadavre s'effectue avec des soins
incomparablement plus méticuleux qu'après une pendaison.
Afin d'avoir la certitude absolue que la mort est intervenue,le corps est encore laissé
dans la chambre verrouillée trente minutes après que le coeur ait cessé de battre.
Puis les vapeurs toxiques sont chassées par une ouverture d'évacuation placée
sur le toit du bloc d'isolement,au Nord.
En même temps,de l'eau fraîche est envoyée dans les réservoirs placés sous les sièges,
et le mélange chimique s'écoule par des canalisations souterraines qui le conduisent
jusqu'à une anse de la mer.
"Une demi-heure doit encore s'écouler avant que les témoins puissent ouvrir
la porte d'acier et pénétrer dans la cabine sans mettre leur propre vie en danger.
Même à ce moment-là,des précautions sont encore nécessaires.
Avant de se saisir du cadavre,on pulvérise de l'ammonique sur lui,afin de neutraliser
les traces de toxiques qui auraient pu rester dans les plis des vêtements.
Ensuite,le corps est placé dans un cercueil de bois et déposé à la morgue de la prison,
où il reste jusqu'au jour de l'enterrement."


Cette relation détaillée de Clinton T.Duffy y montre combien l'exécution
à la chambre à gaz est une affaire compliquée.
Malgré tous ces raffinements techniques,on ne peut pas toujours empêcher
qu'il se produise des complications,même si les pannes de ce genre ne sont pas ébruitées.
Un certain nombre d'inconvénients sont évidents:par exemple,

- la méthode n'est pas sans danger pour ceux qui ont à s'occuper de l'exécution.

Duffy n'a parlé que d'une seule cause de risques.

- Il faut noter enfin que l'apparition de la perte de connaissance et par suite la mort
sans souffrance exige la participation du condamné.

- S'il n'aspire pas profondément au moment où les premières bouffées de gaz toxique
montent vers lui,l'affaire tourne mal pour lui à l'approche de ses derniers moments,
et les spectateurs deviennent les témoins d'une terifiante agonie.
Un aumônier déclara après une exécution à San Diego:

"C'est la plus terrible chose que j'aie jamais vue,et pourtant j'ai assisté à 52 pendaisons"


Il s'agissait probablement là d'un exemple où le condamné ne s'était pas montré
suffisamment coopératif.



_________________
Devoir de mémoire:
http://devoir2memoire.over-blog.fr

France,Réveilles-toi ! Very Happy
http://www.rivarol.com/Rivarol.html
Revenir en haut Aller en bas
 

Le livre de Kurt Rossa, "La peine de mort"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L' Agora :: Discussions. :: Académie :: Histoire. :: Questions et réponses.-