L' Agora

Forum politique de libre expression & historique sans tabou.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Bienvenue sur le forum de L'AGORA, ici, le livre de notre Histoire a toutes ses pages....

(Noël 1941​)

Exemple de quelques pages d'Histoire "occultées" dans nos livres d'Histoire.... JO 1936 à Berlin : (Au dernier moment, toutefois, le comité américain, qui craignait les équipes hollandaise et allemande, revint sur sa décision. J. Owens et R. Metcalfe furent choisis aux dépens des deux athlètes… juifs. (S. Stoller et M. Glickman)(voir photo suivante) Le Bétar en uniforme avec son drapeau à Berlin: "En Histoire, la croûte, c’est le mensonge en lui-même, le pus, c’est l’occultation qui l’accompagne. N’hésitons pas à inciser et à tout purifier …"


Le saviez-vous ? Shocked

" Les Juifs déclarent la guerre aux Allemands en 1933."

"La Judée déclare la guerre à l'Allemagne"
Discours d'Adolf Hitler contre le Nouvel Ordre Mondial.

Le saviez-vous ? Shocked
Qu'est-ce que le fascisme ? scratch - Petite leçon rapide sur le fascisme.
« Quatre années d’Allemagne d’Hitler vues par un étranger » de Cesare Santoro. study

Affiche de propagande NS: (" On y voit une série d'animaux saluer Goëring.En haut à droite: un signe disant " Vivisection interdite" ( vivisection verboten ). (" Les animaux de laboratoires saluant Hermann Göring" )

Ces Nazis Noirs qui soutenaient Hitler. scratch
La liberté d'expression au "pays des Droits de l'Homme", c'est ça.... />
...hélas, d'autres "démocraties" embastillent ses citoyens pour délit d'opinion,voyez cette vidéo >
C'est un proverbe populaire utilisé par Shakespeare: "Henry IV", Première Partie, Acte III, scène 1, page 640 édition La Pléiade, traduction de Victor Hugo: << Dites la vérité, et vous humilierez le diable. >>
Ursula Haverbeck explique pourquoi l'Holocauste est le plus grand et le plus persistant mensonge de l'Histoire.
Ursula Haverbeck, 87 ans, est condamnée à dix mois de prison ferme !
Ursula Haverbeck, surnommée en Allemagne la « mamie nazie », a soutenu lors de son procès que « le camp d’Auschwitz n’a pas été un lieu d’extermination».
L'interview Vérité de Robert Faurisson à Méta Tour.
Démocratie dictatoriale : Wolfgang Fröhlich, en prison depuis 10 ans pour délit d’opinion. scratch
Udo Voigt (NPD): Violations des droits de l'homme en Europe : Dieudonné, Fröhlich, Haverbeck.

"Qui ne gueule pas la vérité, quand il sait la vérité, se fait complice des menteurs et des faussaires"​ (Charles Péguy)

« Débattre avec quelqu'un,c'est prendre le risque de changer d'avis » (Raymond Aron)

"L'Histoire est du vrai qui se déforme,et la légende du faux qui s'incarne" (Jean Cocteau)

DEVOIR DE MEMOIRE = DRESDE, les 13, 14 et 15 FEVRIER 1945.

" Dresde : Crime contre l'humanité,impuni à ce jour...."

"Souvenons-nous: Dresde 13,14,15 février 1945"

(Sur les raids aériens, lire « L’Incendie » de Jörg Friedrich aux éditions de Fallois. 2004 study ).

HELLSTORM - Tempête Infernale:ce film racontel'histoire que les vainqueurs,encore à ce jour, ne veulent pas que vous sachiez...
6 août 1945 : "Barbarie démocratique : Hiroshima " study

« Il y a quelque chose de pire que d'avoir une mauvaise pensée. C'est d'avoir une pensée toute faite. » (Charles Péguy)

"Qui n'entend qu'un son, n'entend qu'une cloche, écoutons les deux sons de cloche..."

Claude Sarraute: "notre shoa ont l'a vendu au monde entier".
Ayatollah Khamenei - "Les temps sombres sont devant nous "...
Un rabbin anti-sioniste : « la shoah a été créée par des sionistes. »

" Le professeur Faurisson a eu ​85 ans ​le 25 janvier​ 2014. Voici la vidéo qu'a composée pour lui un de nos correspondants allemands, que nous félicitons également "

" 1990, 45 ans après Nuremberg,les Sovietiques reconnaissent l'assassinat des officiers polonais dans la forêt de Katyn...."

" Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis...."

L'avis de nos présidents de la république :

Nagasaki et Oradour: où est la vraie barbarie ?
SLU9AQIH6UU
Jean Jaurès : « Le courage, c’est de chercher la Vérité et de la dire ».
Les Derniers Jours du Grand Mensonge... Shocked Aucun Juif gazé - 'I'm With You'... scratch
Un valeureux guerrier pour la Vérité !! cheers

Partagez | 
 

  29 décembre 2005 : mort de Pierre Chateau-Jobert dit "Conan".

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Spartacus

Kouros
Messages : 2077
Date d'inscription : 13/03/2010
Age : 51
Localisation : Les arènes

MessageSujet: 29 décembre 2005 : mort de Pierre Chateau-Jobert dit "Conan".   Lun 29 Déc - 11:44

29 décembre 2005 :
mort de Pierre Chateau-Jobert.






Deuxième classe en 1936, colonel en 1956, dans l’Armée c’est un nom,
chez les Paras, c’est un profil pour une médaille
.


Pierre Yvon Alexandre Jean Chateau-Jobert est né à Morlaix le 3 février 1912
.


Son père ayant été tué au front en 1915, il est pupille de la nation.
Deux pleurésies successives l’empêchent de préparer l’École navale.

Après son service militaire qu’il effectue en 1934-1935, il reste dans l’armée et suit,
comme sous-lieutenant, les cours de l’École d’application de l’artillerie
et du génie à Fontainebleau.

Affecté au 154e régiment d’artillerie,
il suit les cours de l’école d’observateurs en avion de Dinan.
Blessé durant la bataille de France, il rejoint l’Angleterre
et s’engage dans les Forces françaises libres, à Londres, le 1er juillet 1940,
sous le nom de Conan, afin que sa famille ne souffre pas de représailles des Allemands.
Ce surnom lui restera toute sa vie.

Lieutenant à la 13e demi-brigade de Légion étrangère (DBLE), il se bat en Érythrée,
en Syrie et en Libye où il est blessé en février 1942.
Le 7 novembre 1942, capitaine, il prend le commandement du 3e SAS qui devient,
en juillet 1944, le 3e régiment de chasseurs parachutistes (RCP).

Le 3e RCP opère sur les arrières de l’ennemi, par petites unités,
dans des régions non encore libérées du territoire métropolitain, du Poitou à la Bourgogne.
Chef de bataillon en décembre 1944, il transmet le commandement du régiment
au lieutenant-colonel de Bollardière.

Adjoint du colonel de Bollardière, puis commandant de la Demi-brigade coloniale
de commandos parachutistes SAS, il est engagé à la fin de 1947 et en 1948,
au Cambodge, en Cochinchine et en Annam.
Après un séjour à Vannes-Meucon où il commande en second la 1re DBCCP
auprès du colonel Gilles, il retourne en Indochine en 1950,
comme lieutenant-colonel, à la tête de la 2e DBCCP,
pour se battre au Tonkin et en Cochinchine jusqu’en avril 1952.



Le 7 avril 1952, alors que Chateau-Jobert va quitter l’Indochine,
à la fin de son deuxième séjour, le général Salan, commandant en chef des forces
en Extrême-Orient préside la cérémonie d’adieux.

Après un passage en métropole, il est affecté à l’état-major des Forces terrestres,
maritimes et aériennes à Alger de 1953 à 1955, puis, en novembre 1955,
au commandement du 2e régiment de parachutistes coloniaux (RPC).

Colonel, lors de l’affaire de Suez, le 5 novembre 1956 ,
il est parachuté au sud de Port-Saïd à la tête d’une partie de son régiment
renforcée de commandos du 11e Choc et y atteint tous ses objectifs
jusqu’à l’ordre du cessez-le-feu.
L’autre partie du régiment commandée par le lieutenant colonel Albert Fossey-François
saute avec succès sur Port-Fouad le même jour.

Dans les premiers jours de 1957, le colonel Chateau-Jobert, de retour en Algérie
après l’affaire de Suez, vient se présenter au général Salan, commandant supérieur interarmes.
Il lui fait part de sa déception de ne pas avoir reçu l’ordre de pousser ses parachutistes
au-delà de Port-Saïd et de Port-Fouad, jusqu’au Caire et à Suez.

En 1957, il commande à Bayonne la Brigade de parachutistes coloniaux
où il succède au général Jean Gracieux.

Dans les semaines qui suivent le 13 mai 1958,
il y est en liaison avec des délégués d’Alger, tel le commandant Robert Vitasse.

Affecté au Niger en février 1961, il se solidarise avec les officiers qui,
le 22 avril 1961, autour du général Maurice Challe,
ont saisi le commandement à Alger, ce qui lui vaut plusieurs mois d’arrêts de forteresse.

Le 13 janvier 1962, alors qu’il est affecté à l’état-major
de l’amiral préfet maritime de Cherbourg, il rejoint clandestinement l’Algérie
et se met aux ordres du général Salan, chef de l’OAS.



À la fin de janvier 1962, à son arrivée à Alger,
Pierre Chateau-Jobert est d’abord reçu par Jean-Jacques Susini,
puis par le général Salan qui lui confie le commandement de l’OAS
du Constantinois qui manque chroniquement de cadres supérieurs.
Cette nomination est officialisée par une note de service du général Salan
diffusée largement en Algérie.

Responsable du Constantinois, il y retrouve le lieutenant Michel Alibert et y noue,
en vue de leur ralliement, de nombreux contacts avec des officiers supérieurs
et subalternes des régiments qui y sont stationnés, 13e Dragons, 6e Cuirassiers et 2e REC.

Le général Michel Multrier, commandant de la zone Est Constantinois dira :
« l’OAS progresse vite dans le Constantinois quand Château-Jobert en prend la tête ».

Désapprouvant les « Accords Susini-Mostefaï », il quitte l’Algérie le 30 juin 1962
à bord d’un cargo qui le ramène en métropole.
Clandestin, en France et en Espagne, il continue son combat ; en 1965,
il est condamné à mort par contumace pour son action au sein de l’OAS.

Il met à profit ses années de clandestinité pour étudier les idées
de la Contre-révolution catholique.

Il réapparaît à Morlaix le 3 novembre 1968, après la première amnistie de juin 1968.

Gracié en 1968, il se consacra à l’écriture de livres de doctrine d’action politique,
et publie plusieurs ouvrages d’analyse et de réflexion, basés sur son vécu personnel,
ayant toujours cherché à comprendre les guerres qu’il faisait.

Le colonel Chateau-Jobert publie en 1978, aux Presses de la Cité,
ses Mémoires sous le titre : Feux et lumières sur ma trace.

Mais il publie aussi des livres de doctrines contre révolutionnaire :

- Doctrine d’action contrerévolutionnaire
,
Éditions de Chiré, Chiré-en-Montreuil, 1972 ;

- Manifeste politique et social,
Editions du Fuseau, 1964 ;

- La confrontation révolution contrerévolution,
Diffusion de la Pensée Française, 1975 ;

- La Voix du pays réel,
Nouvelles Éditions latines, Paris, 1981 etc…





Le 16 mai 2001, le PC du 2e régiment de parachutistes d’infanterie de marine
(2e RPIMA) à l’île de la Réunion,
héritier direct du 2e régiment de parachutistes coloniaux,
est baptisé « PC Lieutenant-colonel Chateau-Jobert ».




Il décède le 29 décembre 2005
dans la maison de retraite de Caumont l’Eventé
et son corps est inhumé à Morlaix.




Un buste à son effigie a été inauguré le 22 octobre 2010
dans l’enceinte de l’École des Troupes Aéroportées de Pau.





Source : study



http://la-flamme.fr/category/non-classe/


_________________
 

L'autre Histoire :
"qui n'entend qu'un son, n'entend qu'une cloche."

http://sansconcessiontv.org/

http://robertfaurisson.blogspot.it/2014/12/une-grande-dame-allemande-ouvre-la.html
Revenir en haut Aller en bas
 

29 décembre 2005 : mort de Pierre Chateau-Jobert dit "Conan".

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L' Agora :: Hadès :: In Mémoriam-