L' Agora

Forum politique de libre expression & historique sans tabou.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Bienvenue sur le forum de L'AGORA, ici, le livre de notre Histoire a toutes ses pages....

(Noël 1941​)

Exemple de quelques pages d'Histoire "occultées" dans nos livres d'Histoire.... JO 1936 à Berlin : (Au dernier moment, toutefois, le comité américain, qui craignait les équipes hollandaise et allemande, revint sur sa décision. J. Owens et R. Metcalfe furent choisis aux dépens des deux athlètes… juifs. (S. Stoller et M. Glickman)(voir photo suivante) Le Bétar en uniforme avec son drapeau à Berlin: "En Histoire, la croûte, c’est le mensonge en lui-même, le pus, c’est l’occultation qui l’accompagne. N’hésitons pas à inciser et à tout purifier …"


Le saviez-vous ? Shocked

" Les Juifs déclarent la guerre aux Allemands en 1933."

"La Judée déclare la guerre à l'Allemagne"
Discours d'Adolf Hitler contre le Nouvel Ordre Mondial.

Le saviez-vous ? Shocked
Qu'est-ce que le fascisme ? scratch - Petite leçon rapide sur le fascisme.
« Quatre années d’Allemagne d’Hitler vues par un étranger » de Cesare Santoro. study

Affiche de propagande NS: (" On y voit une série d'animaux saluer Goëring.En haut à droite: un signe disant " Vivisection interdite" ( vivisection verboten ). (" Les animaux de laboratoires saluant Hermann Göring" )

Ces Nazis Noirs qui soutenaient Hitler. scratch
La liberté d'expression au "pays des Droits de l'Homme", c'est ça.... />
...hélas, d'autres "démocraties" embastillent ses citoyens pour délit d'opinion,voyez cette vidéo >
C'est un proverbe populaire utilisé par Shakespeare: "Henry IV", Première Partie, Acte III, scène 1, page 640 édition La Pléiade, traduction de Victor Hugo: << Dites la vérité, et vous humilierez le diable. >>
Ursula Haverbeck explique pourquoi l'Holocauste est le plus grand et le plus persistant mensonge de l'Histoire.
Ursula Haverbeck, 87 ans, est condamnée à dix mois de prison ferme !
Ursula Haverbeck, surnommée en Allemagne la « mamie nazie », a soutenu lors de son procès que « le camp d’Auschwitz n’a pas été un lieu d’extermination».
L'interview Vérité de Robert Faurisson à Méta Tour.
Démocratie dictatoriale : Wolfgang Fröhlich, en prison depuis 10 ans pour délit d’opinion. scratch
Udo Voigt (NPD): Violations des droits de l'homme en Europe : Dieudonné, Fröhlich, Haverbeck.

"Qui ne gueule pas la vérité, quand il sait la vérité, se fait complice des menteurs et des faussaires"​ (Charles Péguy)

« Débattre avec quelqu'un,c'est prendre le risque de changer d'avis » (Raymond Aron)

"L'Histoire est du vrai qui se déforme,et la légende du faux qui s'incarne" (Jean Cocteau)

DEVOIR DE MEMOIRE = DRESDE, les 13, 14 et 15 FEVRIER 1945.

" Dresde : Crime contre l'humanité,impuni à ce jour...."

"Souvenons-nous: Dresde 13,14,15 février 1945"

(Sur les raids aériens, lire « L’Incendie » de Jörg Friedrich aux éditions de Fallois. 2004 study ).

HELLSTORM - Tempête Infernale:ce film racontel'histoire que les vainqueurs,encore à ce jour, ne veulent pas que vous sachiez...
6 août 1945 : "Barbarie démocratique : Hiroshima " study

« Il y a quelque chose de pire que d'avoir une mauvaise pensée. C'est d'avoir une pensée toute faite. » (Charles Péguy)

"Qui n'entend qu'un son, n'entend qu'une cloche, écoutons les deux sons de cloche..."

Claude Sarraute: "notre shoa ont l'a vendu au monde entier".
Ayatollah Khamenei - "Les temps sombres sont devant nous "...
Un rabbin anti-sioniste : « la shoah a été créée par des sionistes. »

" Le professeur Faurisson a eu ​85 ans ​le 25 janvier​ 2014. Voici la vidéo qu'a composée pour lui un de nos correspondants allemands, que nous félicitons également "

" 1990, 45 ans après Nuremberg,les Sovietiques reconnaissent l'assassinat des officiers polonais dans la forêt de Katyn...."

" Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis...."

L'avis de nos présidents de la république :

Nagasaki et Oradour: où est la vraie barbarie ?
SLU9AQIH6UU
Jean Jaurès : « Le courage, c’est de chercher la Vérité et de la dire ».
Les Derniers Jours du Grand Mensonge... Shocked Aucun Juif gazé - 'I'm With You'... scratch
Un valeureux guerrier pour la Vérité !! cheers

Partagez | 
 

 1er octobre 1907 : naissance de Maurice Bardèche.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Spartacus

Kouros
Messages : 2075
Date d'inscription : 13/03/2010
Age : 50
Localisation : Les arènes

MessageSujet: 1er octobre 1907 : naissance de Maurice Bardèche.    Mer 1 Oct - 8:41

1er octobre 1907 :
naissance de Maurice Bardèche.





Maurice Bardèche
est né le 1er octobre 1907 à Dun-sur-Auron
.




Son intelligence et son travail lui permettent d’obtenir une bourse grâce à laquelle
il poursuit de brillantes études.
Il est admis en hypokhâgne au lycée Louis le Grand où il rencontre
celui qui deviendra son meilleur ami : Robert Brasillach.
Ils intègrent tous deux, en 1928, le célèbre établissement de la rue d’Ulm,
l’Ecole normale supérieure, dans une promotion qui regroupe notamment Jacques Soustelle, Thierry Maulnier et Roger Vaillant.

Ses études se terminent avec l’agrégation de lettres qu’il obtient en 1932.
Il est désormais professeur.
Il assurera des cours à la Sorbonne avant d’être titularisé
à l’Université de Lille en 1942.




Il se mari en juillet 1934 avec Suzanne, la sœur de Robert Brasillach.

Les époux partent en voyage de noce pour l’Espagne en compagnie de Robert
qui vivra avec eux jusqu’en 1944 !
Au cours de ce voyage, Maurice Bardèche faillit mourir dans un accident de la route.
Bardèche fut trépané et en conserve sur le front un « enfoncement dans le crâne ».



Dans les années 1930, il collabore aux revues qu’animent Brasillach
et Maulnier, où il assure la chronique picturale et littéraire.
De 1936 à 1939, il se rend plusieurs fois en Espagne et écrit avec Brasillach
une Histoire de la guerre d’Espagne.

Séduit par la Phalange espagnole de José Antonio Primo de Rivera,
il prend parti pour le fascisme.



Durant la guerre, hormis quelques articles sur l’art dans Je suis partout,
il se consacre essentiellement à son œuvre littéraire, étant spécialiste des écrivains
du XIXe siècle.

À la Libération, arrêté car proche de Brasillach, il est vite relâché.






Radié de l’enseignement national, il ne peut plus donner de cours que dans des écoles privées,
jusqu’à l’intervention de Georges Pompidou dès son élection en 1969.



Il ne se remettra jamais de l’exécution de l’homme auquel il voue une admiration sans bornes.
Son seul regret sera de ne s’être pas engagé d’avantage à ses côtés.
Il le fera en se proscrivant d’un monde qui avait voulu la mort d’un «être aussi pur».


Désormais, il s’attachera à réhabiliter l’œuvre et diffuser les écrits de Brasillach.





Dans sa Lettre à François Mauriac
(1947),
pamphlet vendu à 80 000 exemplaires, s’il défend l’idée de « collaboration»
et les fonctionnaires nommés par Vichy, il remet en cause la légalité de la Résistance
et critique les excès de l’épuration permanente
.




Dans Nuremberg ou la Terre promise
, publié en octobre 1948
et tiré à 25 000 exemplaires, il plaide en faveur de l’Allemagne, contestant aux Alliés
le droit légal et moral de juger les dirigeants du IIIe Reich pour des actes qu’ils avaient
« peut-être »
commis, et exprime le premier les thèses révisionnistes.



Ce livre lui vaut saisie et procès :

Bardèche est condamné à un an de prison ferme et 50 000 francs d’amende
pour « apologie de crimes de guerre ». Le livre est interdit à la vente.
Il récidive dès 1950 avec Nuremberg II ou les Faux-Monnayeurs,
où il s’appuie sur les thèses de Paul Rassinier.
Incarcéré à Fresnes pendant trois semaines en juillet 1954,
il est amnistié par le président de la République René Coty.



Il raconte les difficultés de sa famille et son incarcération
(ainsi que celle de sa femme, Suzanne Brasillach, avec qui il a cinq enfants dont l’avocat Bruno Bardèche), sur un ton mi-humoristique, mi-dramatique, dans Suzanne et le taudis (1957).



Il participe au Mouvement social européen.
A Malmö, en mai 1951, au congrès de ce mouvement, qui réunit entre autres,
à l’initiative des Suédois et notamment de Per Engdahl, l’Anglais Oswald Mosley,
l’Italien Ernesto Massi, l’Allemand (ancien Waffen) Karl Ernst Priester
et le Français René Binet (Ancien de la Charlemagne), il conduit la délégation française
et reçoit pour tâche de fédérer les divers groupes français.



Après avoir fondé Les Sept Couleurs, maison d’édition publiant ses livres
et ceux d’autres auteurs, il fonde Défense de l’Occident,
qui sera un « lieu de rencontre » des nationalistes de 1952 à 1982.



Il meurt à Paris, le 30 juillet 1998.





Le 12 septembre 1998
, une messe est célébrée à sa mémoire selon le rite tridentin
en l’église Saint-Nicolas-du-Chardonnet à Paris, messe qui réunit les figures
du nationalisme français : Pierre Sidos et Henry Coston.



Jean-Marie Le Pen salue, dans Français d’abord,
le journal du front National,
le « prophète d’une renaissance européenne qu’il espéra longtemps »,
« un grand écrivain et un historien d’avant-garde ».



Tombe de Maurice et Suzanne Bardèche, née Brasillach, au cimetière de Charonne.










Source : study
http://la-flamme.fr/category/non-classe/


"C'est un écrivain fasciste impénitent..."

Et que la police de la pensée,peut-être aurait mieux fait de tuer pour l'empêcher d'écrire?

Ne vous en déplaise,Maurice Bardèche ,figure aujourd'hui pour le moins comme un
des plus grands critiques littéraires du XXè siècle, de ceux que l'on appelle
les "critiques créateurs" tant leurs travaux prolongent et ajoutent à l'oeuvre
de ceux qu'ils peignent autant qu'ils les analysent...

Aussi parle-t-on aujourd'hui du Balzac de Bardèche et du Stendhal
et du Flaubert, et duProust et du Céline comme on parle du Corneille
ou du Virgile de Brasillach...

Ce petit homme de grande simplicité à l'exquise gentillesse fut, tout le long de sa vie,
un fervent de l'Ecole Normale Supérieure...

Hors de son séjour en prison ou de ses vacances à Canet, en Roussillon, il ne quittait jamais
l'environnement de l'Ecole, toujours présente à sa mémoire.
Car ce sont les rencontres de l'Ecole qui déterminèrent toute sa vie, une Ecole ou toutes,
les opinions se côtoyaient alors sans haine...

Il trouva à la rue d'Ulm l'amitié de Thierry Maulnier et de Robert Brasillach,
mais aussi celle de Georges Pompidou et celle des très gauchissants
Jacques Soustelle et Claude Jamet...

Plus à gauche qu'eux était celle que l'on surnommait la "vierge rouge"Simone Weil...
Bardèche
regrettat toujours, cinquante ans plus tard, de ne pas l'avoir mieux connue
car elle était externe et ne venait pas beaucoup à l'Ecole...

Il confiait que jamais personne ne lui avait fait pareille impression...

Mais c'est l'amitié avec Brasillach qui fit basculer son destin.
L'un et l'autre possédaient également un immense talent mais aussi la curiosité de tout,
du théâtre, du cinéma dont ils écrivirent l'histoire jusqu'à la guerre, et surtout de la vie...

Ensemble ils parcourent l'Espagne en guerre et cela donna
"l'Histoire de la guerre d'Espagne" ....

C'est à cette époque que Bardèche épousa la soeur de Brasillach, Suzanne...

Vint alors le mauvais temps de la guerre, la collaboration...

Brasillach
, journaliste engagé avait choisi le mauvais camp..

En 1944, il fut condamné et fusillé...

Dès lors Bardèche défendit sans relache la mémoire de son beau-frère
et même la politique qu'il aurait peut-être continué à mener...

Il écrivit alors :

"Nuremberg ou la terre promise",
oeuvre impertinente et non-conformiste insupportable à la police de la pensée...

Cela lui valut un an de prison et la misère pendant longtemps....

Suzanne et lui l'affrontèrent non seulement avec courage mais avec humour,
en élevant les enfants
...

Cela donna le livre à la fois émouvant, drole, désopilant:"Suzanne et le taudis"...

Il faut ici rendre hommage à la fidélité en amitié de Georges Pompidou qui,
à peine élu à la Présidence de la République, s'occupa de lui faire redonner un minimum
de travaux universitaire..

La République et surtout la république des lettres ne traitait pas également le stalinien fou
Althusser et le grand écrivain Bardèche...


Bardèche
fut aussi un homme de réflexion politique profonde au-delà
de positions idéologiques ou circonstancielles que ne partageait tout le monde...


"Les temps modernes"
sont ainsi le fruit d'une réflexion pénétrante sur la dictature
de l'argent et l'entreprise de dépossession qui est la marque du système qui nous régit..!

Source: study
"Dictionnaire de la réplique" .Centre H et André Charlier
(Editions:Godefroy de Bouillon/2004, p.72-76. )

_________________
 

L'autre Histoire :
"qui n'entend qu'un son, n'entend qu'une cloche."

http://sansconcessiontv.org/

http://robertfaurisson.blogspot.it/2014/12/une-grande-dame-allemande-ouvre-la.html
Revenir en haut Aller en bas
 

1er octobre 1907 : naissance de Maurice Bardèche.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L' Agora :: Hadès :: In Mémoriam-