L' Agora

Forum politique de libre expression & historique sans tabou.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Bienvenue sur le forum de L'AGORA, ici, le livre de notre Histoire a toutes ses pages....

(Noël 1941​)

Exemple de quelques pages d'Histoire "occultées" dans nos livres d'Histoire.... JO 1936 à Berlin : (Au dernier moment, toutefois, le comité américain, qui craignait les équipes hollandaise et allemande, revint sur sa décision. J. Owens et R. Metcalfe furent choisis aux dépens des deux athlètes… juifs. (S. Stoller et M. Glickman)(voir photo suivante) Le Bétar en uniforme avec son drapeau à Berlin: "En Histoire, la croûte, c’est le mensonge en lui-même, le pus, c’est l’occultation qui l’accompagne. N’hésitons pas à inciser et à tout purifier …"


Le saviez-vous ? Shocked

" Les Juifs déclarent la guerre aux Allemands en 1933."

"La Judée déclare la guerre à l'Allemagne"
Discours d'Adolf Hitler contre le Nouvel Ordre Mondial.

Le saviez-vous ? Shocked
Qu'est-ce que le fascisme ? scratch - Petite leçon rapide sur le fascisme.
« Quatre années d’Allemagne d’Hitler vues par un étranger » de Cesare Santoro. study

Affiche de propagande NS: (" On y voit une série d'animaux saluer Goëring.En haut à droite: un signe disant " Vivisection interdite" ( vivisection verboten ). (" Les animaux de laboratoires saluant Hermann Göring" )

Ces Nazis Noirs qui soutenaient Hitler. scratch
La liberté d'expression au "pays des Droits de l'Homme", c'est ça.... />
...hélas, d'autres "démocraties" embastillent ses citoyens pour délit d'opinion,voyez cette vidéo >
C'est un proverbe populaire utilisé par Shakespeare: "Henry IV", Première Partie, Acte III, scène 1, page 640 édition La Pléiade, traduction de Victor Hugo: << Dites la vérité, et vous humilierez le diable. >>
Ursula Haverbeck explique pourquoi l'Holocauste est le plus grand et le plus persistant mensonge de l'Histoire.
Ursula Haverbeck, 87 ans, est condamnée à dix mois de prison ferme !
Ursula Haverbeck, surnommée en Allemagne la « mamie nazie », a soutenu lors de son procès que « le camp d’Auschwitz n’a pas été un lieu d’extermination».
L'interview Vérité de Robert Faurisson à Méta Tour.
Démocratie dictatoriale : Wolfgang Fröhlich, en prison depuis 10 ans pour délit d’opinion. scratch
Udo Voigt (NPD): Violations des droits de l'homme en Europe : Dieudonné, Fröhlich, Haverbeck.

"Qui ne gueule pas la vérité, quand il sait la vérité, se fait complice des menteurs et des faussaires"​ (Charles Péguy)

« Débattre avec quelqu'un,c'est prendre le risque de changer d'avis » (Raymond Aron)

"L'Histoire est du vrai qui se déforme,et la légende du faux qui s'incarne" (Jean Cocteau)

DEVOIR DE MEMOIRE = DRESDE, les 13, 14 et 15 FEVRIER 1945.

" Dresde : Crime contre l'humanité,impuni à ce jour...."

"Souvenons-nous: Dresde 13,14,15 février 1945"

(Sur les raids aériens, lire « L’Incendie » de Jörg Friedrich aux éditions de Fallois. 2004 study ).

HELLSTORM - Tempête Infernale:ce film racontel'histoire que les vainqueurs,encore à ce jour, ne veulent pas que vous sachiez...
6 août 1945 : "Barbarie démocratique : Hiroshima " study

« Il y a quelque chose de pire que d'avoir une mauvaise pensée. C'est d'avoir une pensée toute faite. » (Charles Péguy)

"Qui n'entend qu'un son, n'entend qu'une cloche, écoutons les deux sons de cloche..."

Claude Sarraute: "notre shoa ont l'a vendu au monde entier".
Ayatollah Khamenei - "Les temps sombres sont devant nous "...
Un rabbin anti-sioniste : « la shoah a été créée par des sionistes. »

" Le professeur Faurisson a eu ​85 ans ​le 25 janvier​ 2014. Voici la vidéo qu'a composée pour lui un de nos correspondants allemands, que nous félicitons également "

" 1990, 45 ans après Nuremberg,les Sovietiques reconnaissent l'assassinat des officiers polonais dans la forêt de Katyn...."

" Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis...."

L'avis de nos présidents de la république :

Nagasaki et Oradour: où est la vraie barbarie ?
SLU9AQIH6UU
Jean Jaurès : « Le courage, c’est de chercher la Vérité et de la dire ».
Les Derniers Jours du Grand Mensonge... Shocked Aucun Juif gazé - 'I'm With You'... scratch
Un valeureux guerrier pour la Vérité !! cheers

Partagez | 
 

  12 mars 1946 : exécution de Ferenc Szalasi.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Spartacus

Kouros
Messages : 2077
Date d'inscription : 13/03/2010
Age : 51
Localisation : Les arènes

MessageSujet: 12 mars 1946 : exécution de Ferenc Szalasi.   Mer 12 Mar - 10:27





12 mars 1946 :
exécution de Ferenc Szalasi.




Ferenc Szálasi est né le 6 janvier 1897 à Kassa
(Košice, aujourd’hui en Slovaquie).

En 1915 il sort de l’Académie militaire de Wienerneustadt, où son père l’a envoyé,
avec le grade de lieutenant dans l’armée de l’Autriche-Hongrie et il est dirigé immédiatement
vers le front où il sert jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale, passant 36 mois
dans une zone de guerre.

Après la guerre, il s’installe à Budapest, où il travailla comme courrier au service
du ministère de la Défense.

En 1923, il est envoyé à l’École d’État-major et en sort en 1925 avec le grade de capitaine.
IL fait partie de l’État-major hongrois jusqu’en 1933.
Cette année-là, il obtint le grade de commandant.

Les événements qu’il a vécus renforcent son nationalisme, il plaide pour l’extension
du territoire hongrois jusqu’aux frontières antérieures au Traité de Trianon de 1920,
qui avait réduit de 72 % l’étendue du pays.

En 1935, il quitte l’armée et, en mars, il fonde le Nemzeti Akarat Pártja
(Parti de la volonté nationale) avec Sándor Csia ; il obtint des résultats plus que modestes
lors de sa première candidature au Parlement, en avril 1936.

Il décrit son idéologie, Le hungarisme, il dit en résumé :

« Le hungarisme est une idéologie, c’est la mise en pratique hongroise
d’une vision nationaliste du monde et de l’esprit du temps.
Ce n’est ni de l’hitlérisme, ni du fascisme, ni de l’antisémitisme,
c’est du hungarisme.
»

Il décide de ne plus jamais se présenter à quelque élection que ce fût.
En 1937 après une visite de Szálasi et de Csia en Allemagne nationale-socialiste,
l’impression profonde qu’ils en tirèrent les fit changer de stratégie :
alors qu’ils visaient surtout les classes moyennes et les fonctionnaires,
ils s’adressèrent à la classe ouvrière.
Les slogans du parti changèrent et se transformèrent en demande
de « justice, travail et respect » pour les « travailleurs hongrois »
et le parti se présenta comme « devant les libérer des chaînes avec lesquelles
les tenaient les syndicats sociaux-démocrates et communistes ainsi que des griffes
du capitalisme féodal et de la juiverie. »

En 1937, le gouvernement du régent, l’amiral Miklós Horthy, interdit son parti
et il est condamné à trois mois de prison pour agitation antisémite.

Après avoir été libéré par la police, il rassembla autour de lui plusieurs groupes nationalistes
et fonde le Mouvement hungariste :
Magyar Nemzeti Szocialista Part-Hungarista Mozgalom
(Parti national-socialiste hongrois), avec une forte idéologie nationaliste,
antisémite et totalitaire, grâce auquel il commençe à obtenir un soutien considérable
dans la classe ouvrière.

Ses fréquents déplacements partout dans le pays suscitent l’admiration de ses partisans
quand il se souvient du nom de chacun.
Son plus important soutien, toutefois, sont les officiers de l’armée, qui souhaitent
des changements politiques et sociaux.



Après l’Anschluss en 1938 sur l’ordre du nouveau Premier ministre Béla Imrédy,
Szálasi est arrêté par la police, emprisonné et condamné à trois ans de travaux forcés
à la prison de Csillag à Szeged.
Il y passe deux ans. Cette incarcération lui vaut un accroissement de popularité qui maintint
son influence dans la politique hongroise, malgré les persécutions dont il était l’objet.

Pendant qu’il est en prison, Kálmán Hubay qui le remplaçe fonde le 8 mars 1939
le Nyilaskeresztes Párt (Parti des Croix fléchées), comme héritier du Mouvement hungariste.



Aux élections de 1939, faites à bulletins secrets (ce mode de scrutin vient d’être instauré),
le parti obtint 29 sièges au Parlement hongrois, devenant le deuxième parti de Hongrie
en nombre de voix, réunissant 750 000 voix sur un total de 2 000 000.
Les partis nationaux-socialistes tous ensemble obtenaient 45 sièges en face des 191
du parti au pouvoir.

L’opposition libérale et socialiste s’est effondrée.

Le Parti des Croix fléchées est devenu la véritable opposition au gouvernement
conservateur de Horthy.

Libéré à l’occasion de l’amnistie générale du 30 août 1940, Ferenc Szálasi revient
à la vie politique comme chef du Parti des Croix fléchées.

En 1942, le Parti des Croix fléchées est interdit par le Premier ministre Pál Teleki,
forçant ainsi Szálasi
à travailler en secret et à chercher l’appui des Allemands.



La devise des Croix fléchées : Kitartas ! (« Persévance ! »

Le 19 mars 1944 les troupes allemandes envahisent la Hongrie,
alors que les Soviétiques se rapprochent.
Le pro-allemand Döme Sztójay devint Premier ministre de Hongrie.
Le parti des Croix fléchées est légalisé par le nouveau gouvernement, mais en août,
après avoir démis Sztójay de ses fonctions, Miklós Horthy ordonne une nouvelle fois
l’arrestation de Szálasi.

En septembre, les troupes soviétiques franchisent la frontière hongroise et,
le 15 octobre 1944 après qu’Horthy annonce la signature d’un armistice entre la Hongrie
et l’Union soviétique, qui est ignoré par l’armée hongroise, les Allemands lancent
l’opération Panzerfaust et enlèvent le fils d’Horthy, forçant ce dernier à dénoncer l’armistice,
à démettre le gouvernement et à démissionner.
Le Parlement élit Szálasi comme Premier ministre et chef de l’État.
Le 3 novembre 1944 celui-ci prête serment devant la couronne de saint Étienne
en tant que Nemzetvezető (chef de la Nation hongroise).



L’opposition à l’Armée rouge est rendu difficile par la résistance communiste.
En décembre 1944, Béla Miklós forme un gouvernement provisoire
sous la tutelle des Soviétiques.
Le 24 décembre, Budapest est encerclée.
En janvier 1945, l’armée soviétique occupa Buda, puis Pest tomba le 13 février 1945,
ce qui mit fin à la bataille de Budapest.

Le 29 mars 1945, le gouvernement de Szálasi et les parlementaires quittent
le territoire hongrois.
L’armée allemande et les restes de l’armée hongroise les suivent peu de jours après,
le 4 avril 1945.
Le gouvernement continu son activité en Allemagne jusqu’à son arrestation à Augsbourg
par l’armée américaine.

Le 3 octobre 1945, Szálasi est remis aux nouvelles autorités communistes à Budapest,
où le 1er mars 1946 commençe son procès public devant un tribunal populaire.

Condamné à la peine de mort par pendaison pour crimes de guerre
et haute trahison, il est exécuté le 12 mars 1946.

La même année, trois autres anciens Premiers ministres furent eux
aussi condamnés à mort et exécutés.





Source : study
http://la-flamme.fr/category/non-classe/

_________________
 

L'autre Histoire :
"qui n'entend qu'un son, n'entend qu'une cloche."

http://sansconcessiontv.org/

http://robertfaurisson.blogspot.it/2014/12/une-grande-dame-allemande-ouvre-la.html
Revenir en haut Aller en bas
 

12 mars 1946 : exécution de Ferenc Szalasi.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L' Agora :: Hadès :: In Mémoriam-